CREA Director-at-Large Candidate Survey

CREA Director-at-Large Candidate Survey
"This survey is a great exercise and I appreciate the opportunity to respond and I look forward to the discussion that may be generated."

On Monday March 3, 2014 all of the Candidates for the CREA 2014 Elections were sent the following questions and asked to answer them by the Winnipeg REALTORS. What follows are the questions and my answers to them.

I enjoyed the process because it allowed me to get an idea of what the Winnipeg REALTORS concerns were and allowed each of us to voice our opinions on each topic. Please note that the answers that follow are totally my own and are not associated to any Board or Committee position on any local, Provincial or CREA Committee or Council.

Feel free to disagree and email me with your thoughts. I am always happy to hear the other sides of an argument and ready to be educated.

Lastly, a thank you for the Winnipeg REALTORS who sent around the questions. It is a great exercise and I appreciate the opportunity to respond and I look forward to the discussion that may be generated.

CREA Director-at-Large Candidate Survey

1. CREA will terminate the mandate of the Futures ImplementationTeam (FIT) at the March meeting. Briefly – what is your impression of the process followed in the Future’s exercise and what do you believe were the major accomplishments and/ or shortcomings of the project?

Many thanks for your invitation to comment. Those of you who know me, know that I am not shy when asked my opinion. I was very disappointed with the FIT Project and voiced my opinion on many occasions to the CREA Board of Directors. I felt that there was strong need for discussion on many topics but was unhappy with the moderator and felt as if we were all being led to some preconceived directions. We do happen to be reactionary and that needs focus in the future but as I voiced a few times in our sessions, too many times our members were made to feel bad for not accepting change when what they were not accepting was the change being brought forward by the FIT team.

2. Do you agree with the direction proposed by FIT that CREA should establish a ‘National Virtual College’? Are the Provinces (which are responsible for education) onside with this initiative?

I believe there is still a need for a good education, the provinces and regulators are in charge of education and it will take a very good reason before I change my opinion about it. I think in the heart and minds of members, we ought not cross other jurisdictions. Therefore, I am against the "virtual college".

3. If CREA, the Provincial Associations and local Boards all identify the REALTOR® as the "member", how do we avoid duplication of products and services like data distribution, sticky web sites, commercial information exchanges, education, etc.?

CREA, provincial councils and local administration must be firm on what they offer to their members. Sometimes you have to be flexible when it comes to issues of cost and staff, but we need strict bonderies, especially with the Large Boards because they have access to more resources and can offer more services.

4. What is your understanding of progress on a national Commercial Information Exchange? Do you think CREA should be involved in a national Commercial Listing Service and do you have a position as to whether it should be ‘user pay’? Would it ‘compete’ with local Board Commercial Exchanges?

Commercial is a specialty best handled by the Commercial membership as per their needs. CREA could give support in terms of marketing and hosting of the Commercial internet exchange but leave the running of it outside the normal MLS®. A lot of the Commercial transactions happen outside of MLS® and trying to include Commercial in an MLS® site will only weaken the brand..However, that means that we must support our Commercial members while recognizing the distinction.

5. CREA has changed its governance model because of some changes to Federal Legislation governing Not-for-Profits. As a result there is no guarantee that Commercial REALTORS® will be represented on CREA’s Board of Directors. Do you share our concern that Commercial REALTORS®’ must be heard – and if you agree – do you have any ideas as to how we can assure their participation?

As a member of the MLS® and Technology Council which has also gone through a similar process, I am hopeful that our membership would always be on the lookout for a balance at the Board table...choosing a Board member that had tech oriented views as well as one that wore a Commercial hat. When sitting at the Board of Directors table as a director-at-large, I hope to represent all the membership in the best way possible especially when I have no vested interest in the outcome.

6. What do you think CREA’s Directors have (or should have) learned from the Québec situation?

Originally a Western Canadian, I moved to Montreal in the early seventies and left when the Partie Québecois came to power, and moved to Toronto. I sympathize and understand the Québec situation and am happy that the CREA Board has come to an accommodation with them. Real estate is very local and there are many changes as we cross Canada. CREA must always show flexibility especially when it comes into conflict with the Provincial Regulator. There is room in a happy family for all.

7. Do you agree that new products and services for Members from CREA should be à-la-carte (user pay)? Why or why not?

I agree with certain a-la-carte services especially when there is duplication. Streamlining of services for the members is important however there must be an agreement of acceptable standards. CREA can not be run with a lowest-common denominator standard. It must be a Good Housekeeping Seal Standard...

8. If the listing REALTOR® is supposed to be responsible for the currency, accuracy and completeness of information about his/her listings on the web, do you think it’s CREA’s responsibility to add unverified, non-REALTOR® information to that listing (e.g. walk score; demographics; crime statistics)? Please explain.

We are very lucky in Canada to have a product like REALTOR.ca. Our counterparts around the world are envious and I am old enough to remember when move.com was the provider and our members had to pay hundreds for what they now get at an extremely low cost. (my US friends tell me that the visibility we enjoy on REALTOR.ca would cost thousands on REALTOR.com these days) hat being said we must provide the most accurate data to the consumer that we can find and having it from third parties accurately distinguished as their data is the way to go. I have spoken about REALTOR.ca becoming less transactional and more lifestyle, becoming the source for everything about home ownership. When we are only in the public's mind during the transaction, we cannot be disappointed with the way we are viewed by them as such. We need to look at ways of changing the perception.

9. If elected, what do you hope to accomplish as a Director of CREA?

My goals have always been to improve standards and tools offered to today's real estate agents, to help members cope with the wave of international buyers and sellers, and promote the diversity of our great country and our organization. Thank you so much for giving me the opportunity to answer your questions. Do not hesitate to contact me and talk to me anytime if you need further information.

en français

Le lundi 3 mars dernier, tous les candidats pour les élections de 2014 au conseil d'administration de l'ACI ont reçu le questionnaire suivant du conseil d'administration de Winnipeg. Voici leurs questions et mes réponses.

J'apprécie le fait que le conseil d'administration de Winnipeg a donné aux candidats la chance d'exprimer leurs opinions. Ce processus m'a permit aussi de découvrir leurs préoccupations. Notez bien que les réponses suivantes sont totalement mon point de vue personnel et ne reflètent aucunement la position des conseils ou comités locaux, provinciaux ou de l'ACI.Je suis toujours heureux d'écouter d'autres arguments et prêt à être éduqué.

Un gros merci pour le conseil de Winnipeg qui a prépare ces questions, c'était un excellent exercice.

J'attends aussi vos commentaires.

1. L'ACI va mettre fin au mandat de l'équipe de l’initiative sur l’Avenir à la réunion de mars. En bref - Quelle est votre impression de la procédure suivie dans l'exercice sur l'Avenir et ce que croyez-vous ont été les principales réalisations et / ou les lacunes du projet?

Merci beaucoup pour me donner l'opportunité de faire des commentaires. Ceux d'entre vous qui me connaissent savent que je ne suis pas timide quand c’est le temps de demander mon opinion. J'ai été très déçu par le projet sure l’Avenir et fait part de mon avis à plusieurs reprises au conseil d'administration de l'ACI. Je pense qu'il aurait du y avoir des débats sur de nombreux sujets. J’étais aussi très déçu avec le modérateur, c’était comme si nous étions dirigé vers certaines directions déjà préconçues. Nous ne vous arrive d'être réactionnaire et qui nécessite une attention à l'avenir, mais comme j’en ai fait part à plusieurs reprises lors de nos sessions, trop souvent nos membres se sentaient mal à l’aise de ne pas accepter le changement présenté par l'équipe de la FIT.

2. Êtes-vous d'accord avec l'orientation proposée par l’initiative sur l’Avenir que l’ACI devrait établir un "collège virtuel national? Est-ce que les provinces (qui sont responsables de l'éducation) sont en accord avec cette initiative?

Je crois qu'il y a toujours un besoin pour une bonne éducation; les provinces et les organismes de réglementation sont en charge de l'éducation et ça va prendre une très bonne raison avant que je change d’opinion à ce sujet. Je pense que dans le cœur et l’esprit des membres, nous ne devoit pas croisé d'autres juridictions. Par conséquent, je suis contre le "collège virtuel".

3. Si l'ACI, les associations provinciales et les conseils d’administration locaux identifient les courtiers et agents immobiliers comme «membre», comment pouvons-nous éviter la duplication des produits et services tels que la distribution de données, sites web collantes, les échanges d'informations commerciales, l’éducation, etc?

L’ACI, les conseils d’administration provinciaux et locaux doivent être fermes sur ce qu'ils offrent à leurs membres. Parfois, il faut faire preuve de souplesse quand il s'agit de questions de coûts et du personnel, mais nous avons besoin de limites strictes, en particulier avec les grands conseils parce qu’ils ont accès à plus de resources et peuvent offrir plus de services.

4. Quelle est votre compréhension de progrès sur le plan national d’ échange d'informations commerciales? Pensez-vous que l'ACI devrait être impliqué dans un service national d’inscription commercial et avez-vous une position quant à savoir si elle devrait être «l'utilisateur-payeur»? Serait-il en concurrence avec les conseils d’administration locaux d’échanges commerciaux?

L’immobilier commercial est une spécialité mieux géré par les membres de commerce selon leurs besoins. L’ACI pourrait apporter un soutien en termes de marketing et de distribution de l'échange commercial sur l’internet mais laisser la gestion de celui-ci en dehors des normes du MLS®. Un grand nombre des transactions commerciales ont lieu hors MLS® et essayez d’intégrer le commerciale au site MLS® affaiblit la marque. Cependant, on doit supporter nos membres commerciaux tout en reconnaissant qu’il y a une distinction.

5. L'ACI a changé son modèle de gouvernance en raison de certaines modifications apportées à la législation fédérale régissant les organisatons sans-profit. En conséquence, il n'existe aucune garantie que les courtiers et agents immobiliers commerciaux seront représentées au conseil d'administration de l'ACI. Partagez-vous notre préoccupation que les courtiers et agents immobiliers commerciaux doivent être entendues - et si vous êtes d'accord - avez-vous des idées comment nous pouvons s’assurer de leur participation?

En tant que membre conseiller du group MLS® et du conseil sur la technologie qui ont également expérimentés un processus similaire, j’espère que nos membres cherchent un bon équilibre à la table du conseil d’administration et choisiront un directeur qui est l’afflût de la technologie sans oublier le côté commerce. Lorsque vous êtes assis à la table de conseil, je veux représenter tous les membres de la meilleure façon possible, sans intérêt direct ou agenda caché.

6. Que pensez-vous des directeurs de l'ACI ont (ou devraient avoir) tirés une leçon de la situation au Québec?

Je suis originaire de l'ouest canadien, j'ai vécu à Montréal au début des années soixante-dix et j’ai déménagé à Toronto quand le Partie Québécois est arrivé au pouvoir. Je sympathise et comprends la situation au Québec et je suis heureux que l'ACI a pu s’adapté à leur situation. L'immobilier est très local et nous traversons une période de changements au Canada. L’ACI doit toujours faire preuve de souplesse surtout quand il y a des conflits avec les réglements provinciaux. Il y a de la place pour toute la famille.

7. Pensez-vous que de nouveaux produits et services pour les membres de l'ACI doivent être à-la-carte (utilisateur-payeur)? Pourquoi ou pourquoi pas?

Je suis d'accord avec certains services à-la-carte surtout quand il y a répétition. La rationalisation des services pour les membres est importante mais il doit y avoir un accord sur des normes acceptables. L’ACI ne peut pas fonctionné avec un dénominateur commun minimal. Il doit y avoir un bon standard économie domestique.

8. Si la liste REALTOR® est censé d’être responsable de l'actualité, l'exactitude et l'intégralité des informations sur les annonces sur le web, pensez-vous que est l'ACI responsable d’afficher sur le listing que l’information n’est pas vérifiée et ne provient pas de REALTOR® (par exemple: walk score; l’information démographique, les statistiques sur la criminalité)? Veuillez expliquer.

Nous sommes très chanceux d'avoir au Canada un produit comme REALTOR.ca. Nos homologues dans le monde entier sont envieux et je suis assez vieux pour se rappeler quand « move.com» était le fournisseur de choix et que nos membres devaient payer des centaines de dollars pour ce qu'ils aujourd’hui à prix modique. (mes amis américains me disent que la visibilité dont nous jouissons sur REALTOR.ca leur coûteraient une fortune sur REALTOR.com). Cela étant dit, nous devons fournir des données précises au consommateur qu’ont puissent trouver et le chemin à suivre est d’obtenir ces informations de tiers indépendants. J'ai souvent mentionné que REALTOR.ca va devenir moins transactionnel et plus mode de vie. REALTOR.ca va devenir la source pour tout ce qui concerne la propriété. Dans l'esprit du public, nous sommes seulement là pour la transaction immobilière, nous ne pouvons pas être déçu du résultat. Nous devons trouver des moyens de changer cette perception.

9. Si élu, qu' espérez-vous accomplir en tant que directeur à l'ACI?

Mes objectifs ont toujours été d’améliorer les normes et les outils offerent aux agents immobiliers d'aujourd'hui, d’aider les membres à faire face à la vague d'acheteurs et les vendeurs nés à l'étranger, et de promouvoir la diversité de notre grand pays et notre organisation. Merci beaucoup pour m’avoir donné l’opportunité de réponses à vos questions. N'hésitez pas à me contacter et me parler en tout temps si vous avez besoin de plus amples information.

Title Photo by: Robert Taylor

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *